A Méribel (comme dans l’ensemble des 3 Vallées), il y a bien entendu les touristes qui viennent skier pendant les vacances.
Il y a également les saisonniers qui viennent travailler pour quelques mois.

Mais dès que les vacances sont terminées, Méribel ne ferme pas.

Il y a aussi les personnes qui restent à l’année.

Rencontre avec certains d’entres eux…


Le village des Allues nous est comté par Mado, originaire d’ici


Maison traditionnelle à Méribel


La Vallée de Méribel


Ce qui est devenu le plateau de la Chaudanne à Méribel


La station de Méribel-Mottaret


Le cœur de Méribel, un bijou traditionnel


Les remontées-mécaniques au départ de la Chaudanne à Méribel

A Méribel, il y a aussi de nombreux restaurants…
Visite de l’un d’eux


La flamme olympique de Méribel et le complexe qui avait accueilli les épreuves de hockey pendant les JO d’Albertville.
Il est désormais reconverti en piscine, patinoire, salle de sport, d’escalade, et centre de remise en forme.

Même si Méribel est déjà beaucoup à elle toute seule, elle dispose d’un atout supplémentaire, car elle est au coeur des 3 Vallées, le plus grand domaine skiable du monde.

Il y a donc forcément Méribel…

Mais aussi Val-Thorens et Les Menuires dans la vallée des Belleville

Sans oublier Courchevel, dans la vallée de Saint-Bon-Tarentaise

Les 3 Vallées, c’est aussi un regroupement de 5 exploitants gérant chacun une partie du domaine :

  • S3V qui gère Courchevel et Méribel-Mottaret
  • Méribel-Alpina qui gère Méribel
  • SEVABEL qui gère Les Menuires et Saint-Martin de Belleville
  • SETAM qui gère Val-Thorens
  • STOR qui gère le domaine d’Orelle au départ de la Maurienne

Rencontre avec les maires et exploitants de remontées-mécaniques dans chaque station afin de découvrir un peu le fonctionnement global, ce que le système de contrôle d’accès à apporté, comment les recettes de vente des forfaits sont réparties entre eux, …

Mais lorsque la fin de la journée approche …

… et que les remontées mécaniques s’arrêtent …

les pisteurs sont en charge de faire une dernière descente afin de « fermer les pistes » et surtout s’assurer que plus aucun client n’est encore sur le domaine.
Rencontre avec Michel

Mais pour lui, la journée ne s’arrête pas, car il double-actif.

A peine arrivé à la maison, il troque son blouson jaune pour s’équiper d’un « bleu » car il s’occupe aussi d’une ferme et de moutons plus précisément.

Pour les enfants, la journée se termine sur la piste de luge…

Pendant que les autres sortent au restaurant ou en boite de nuit…

Dernier regard sur Méribel-Mottaret

Plus d’infos sur le site de France 3

Voir l’émission directement sur le site de France 3

Share

Une réponse à to “Méribel, ceux qui restent”

Laisser un commentaire